Une critique pour Henriette

24 Avr

Me rendant au concert des Residents à La Tulipe, vendredi, avec ma douce moitié, voilà ti pas qu’on tombe sur l’ami Valium, qui, lui, n’y va pas. « La dernière fois, c’était pas très bon… » Hmmm. Vrai… « Tu m’en feras la critique » qu’il demande. Hé bien la voici.

En deux mots, ce concert de vendredi, c’était assez moyen. Mais il faut quand même relativiser. Une amie qui les voyait pour la première fois a trouvé ça super bon. Alors évidemment, si je dis que c’était moyen, c’est bien sûr par rapport à ce que ce groupe-là peut faire. J’ai vu les Residents à chacun de leur passage à Montréal.

Flashback.

22 janvier 1986. Je suis au Spectrum avec Normand Lamoureux (alias Doc Parker) pour assister au concert 13e anniversaire des Residents. C’est lui, le Doc, qui m’a fait découvrir le groupe, dont il est un fervant amateur. Un chef d’œuvre ce concert. Avec beaucoup de « gands moments » (Hello Skinny, Jailhouse Rock, I Got Rhythm, Man’s Man’s Man’s World, Cry For the Fire, etc.), la naissance de Mr. Skull, Snakefinger à la guitare, bref, l’enchantement. Un bel extrait ici.

Residents_Spectrum_22-01-86

Photo de René Gour prise avant le concert du 22 janvier 1986, avec le Doc, deux inconnus qui se reconnaîtront, et Rito, un ami de l’émission (Anus Mundi, que je coréalisais avec le Doc à CIBL).

9 et 10 novembre 1990. C’est le festival Montréal Musiques Actuelles. Avec l’ami Kiki Bonbon (alias Jean-Luc Bonspiel), j’ai travaillé pour le festival (on a gardé, dans la nuit du 2 novembre, les chaises installées pour le concert en plein air du lendemain devant le clocher de l’UQAM – sans blague*), alors j’ai eu droit à une passe pour le festival. Et comme, avec ma douce moitié (la même qu’au début de l’article), ça commençait drôlement à chauffer, hé bien on est allé voir les deux représentations. Ça, mon vieux, c’était Cube E or The History of American Music in Three E-Z Pieces. « Magistral » tu dis? Mets-en. À ce moment-là, c’était pratiquement ce que j’avais vu de plus « moderne ». Dès le début du concert, avec From The Plains Of Mexico, j’étais cloué sur place.

stacks_image_3812

Et la suite, chansons d’esclaves et blues, puis l’apothéose avec Elvis, « The King of pizza », c’était dur à battre et, à vrai dire, la période qui a débuté avec le 13th Anniversary Show et qui se termine avec Cube E est sans doute le zénith de l’histoire des Residents. Sur le site du groupe, ils appellent ça la section « Performance Art », et c’est bien ça.

Après, on tombe dans la section « Band tours ». On n’a pas vu Wormwood ici en 1999, mais on peut le voir . Visuellement, c’est sans doute ce qu’ils ont fait de plus impressionnant, mais conceptuellement, faut s’accrocher, ça commence à verser du côté verbeux et c’est bien par là qu’on s’en va. Cependant, avant d’arriver là, il y a Icky Flix, que l’on voit à Montréal le 19 février 2001, au Spectrum. Un concert qui visait à faire connaître leur matériel plus récent, surtout des expériences multimédias (Freak Show, Bad Day on the Midway, Gingerbread Man) et quelques « hits » (si j’ose dire) revisités, comme The Third Reich ‘n’ Roll ou Constantinople et quelques extraits (vraiment moins bons que les originaux) du Commercial Album. C’était pas mal, mais disons qu’il fallait quand même y mettre du sien un peu plus que par le passé. Mais bon, en même temps, ça n’a jamais été facile non plus. Tu peux revoir le show au complet ici.

On n’a pas vu chez nous Demons Dance Alone (2003), et pas non plus le Bunny Boy Tour (2008). Dans ce dernier cas, l’album est vraiment très bon et le groupe s’y renouvellait vraiment, mais pour ce qu’on peut voir du concert (I’m Not Crazy, par exemple), c’est certainement moins intéressant que sur disque, et le décor semble avoir été recyclé d’Icky Flix

Le dernier droit, c’est la « Randy, Chuck and Bob Trilogy », qui commence par The Talking Light que l’on voit le 12 février 2010 au Club Soda. J’ai eu le plaisir de parler avec Hardy Fox (qui a vraiment la même barbe que Randy…) de la Cryptic Corporation pour un article sur ce passage du groupe en ville. On découvrait que le quatuor était réduit à trois membres suite à un départ à la retraite… Randy « signer for The Residents« , aime beaucoup parler et c’est vraiment ce qui marque les concerts de cette série. Ça peut devenir assommant. N’empêche que celui-là se terminait par une version d’enfer de Die Stay Go, qui rachetait par mal les longueurs. Si tu n’as pas vu ce concert en 2010, tu l’auras peut-être vu le 29 mars 2011 au même endroit, alors que la fin de la tournée passait par ici.

stacks_image_4606

On n’a pas vu Wonder Of Weird 40th Anniversary Tour (2013) chez nous et, finalement, maintenant qu’on a vu la troisième partie de la trilogie, on ne s’en plaint pas vraiment.

Parce que nous y voici, à Shadowland, qu’on voyait ce 22 avril à La Tulipe. Ça commençait par la projection du film Theory of Obscurity, que j’ai bien aimé, même s’il ne nous apprend pas grand chose si on connaissait déjà un peu le groupe. Il aurait pu y avoir plus d’extraits de plus de concerts, peut-être, et ça aurait pu être bien différend, évidemment, mais c’est un honnête documentaire sur un sujet difficile à cerner. Voir mon entrevue avec le réalisateur du film.

IMG_3663

Puis vint le trio de Rico (remplaçant Chuck – n’entrons pas là-dedans), Randy et Bob. On avait reconnu quelques titres dans la setlist, mais bon, on y allait pas vraiment pour Melon Collie Lassie… De toute façon, connues ou pas, toutes les pièces sortant du clavier de Rico sonnaient les unes comme les autres, et ce n’est pas la guitare de Bob qui allait y changer grand chose. Et puis Randy est bien gentil, et il a bien sûr cette voix si caractéristique, mais cette enfilade de pièces semblables aussi bien rythmiquement qu’harmoniquement devenait quand même rapidement monotone. Pas fâché que ce soit la fin de la trilogie. Je ne serais peut-être même pas fâché que ce soit la fin des Residents… Chose certaine, s’il y a une prochaine fois, je n’aurai pas beaucoup d’attentes à décevoir.

trilogie de la tulipe

Andrée DeRome, RB, René Gour, le 22 avril 2016.

 

*Encore merci pour cette job, Denis Chouinard!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :