King Crimson: 16 novembre 2015, Théâtre Saint-Denis

17 Nov

Je ne sais pas trop ce qu’ont pu penser les quelques jeunes fans qui, sans doute, assistaient à un concert de King Crimson pour la première fois (le groupe n’étant pas venu à Montréal depuis 2001). Pour moi, la première fois, c’était en 1981… C’était déjà, à l’époque, une renaissance, après la période glorieuse du quatuor Bruford (batterie) – Cross (violon) – Fripp (guitare) – Wetton (basse, voix). Cette renaissance de 1981 nous amenait Tony Levin et son stick, cette basse digitale sans laquelle une pièce comme Elephant Talk serait impensable; elle nous amenait aussi Bill Bruford, dont le jeu allait subir d’importantes mutations (en évacuant presque les cymbales et en électrifiant le reste), et sutout, elle mettait de l’avant l’extraordinaire Adrian Belew, guitariste-chanteur en feu qui venait de passer les quelques années précédentes chez Zappa, avec Bowie, puis parmi les Talking Heads. Fripp trouvait chez Belew un instrumentiste capable de dialoguer avec lui sur un pied d’égalité, construisant des polyrythmies guitaristiques hallucinantes … tout en chantant!

La dernière fois que j’ai vu King Crimson avant hier soir, c’était au Métropolis en 2000, vers la fin de la « période Belew » donc. Cette période de renaissance, commencée par les albums Discipline, Beat et Three of a Pefect Pair, a été passablement laissée de côté dans le panorama pourtant très large que nous ont proposé maître Fripp et sa bande hier soir. C’est peut-être une forme d’hommage à l’irremplaçable Belew, dont la personnalité était probablement trop marquante pour que Fripp l’invite à se joindre à cette nouvelle (dernière?) mouture du groupe.

IMG_3552

Je n’ai pas pris de note hier, préférant « goûter le moment », comme nous le suggérait Robert Fripp sur un enregistrement diffusé avant le concert, mais heureusement il y a des gens qui le font: on est passé par la période glorieuse dès le départ avec Lark’s Tongue In Aspic part I (1973), précédée d’un petit enregistrement de quelques secondes piqué sur le disque « Islands », de 1971, et ornementée du thème de La Marseillaise à la flûte, un moment chaudement salué par la foule. Petit retour en arrière vers la période classique (superbe Pictures of a City, de 1970) avant d’avancer rapidement vers l’étonnante A Scarcity Of Miracles (2011), étonnante surtout parce qu’elle n’est pas à proprement parler de King Crimson, mais du trio (Jakko) Jakszyk, Fripp & (Mel) Collins, qui a néanmoins poussé Fripp à relancer l’affaire en 2013 avec le groupe que nous avions sous les yeux hier. Ce fut très justement suivi de deux nouveautés: Meltdown et Hell Hounds of Krim, puis de ce qui fut la fin de l’ère Belew, The Construction of Light (2000) et Level Five (2003).

Après ça, retour à 1969 avec Epitaph, puis une autre nouveauté pour les trois batteurs (Banshee Legs Bell Hassle) avant une autre plongée dans l’histoire avec Easy Money (1973), Sailor’s Tale et The Letters (du disque « Islands », 1971) et encore un bon en avant avec deux pièces extraites de « Red », le disque qui marqua la « première mort » du groupe en 1974: One More Red Nightmare et Starless. Une belle finale, avant un rappel qui nous ramenait encore au tout début, en 1969, avec In the Court of the Crimson King! Il ne manquait plus qu’une petite I Talk to the Wind et on aurait retrouvé la période pré-KC de Giles, Giles & Fripp! La toute dernière pièce fut 21st Century Schizoid Man, qui est aussi la toute première qu’une génération d’amateurs (ne trouvait-on pas ce disque dans toutes les bonnes familles?) a pu découvrir en 1969 en posant l’aiguille sur la face A du premier disque du groupe. Wow. D’actualité « l’homme schizophrène du 21e siècle »? Pas qu’un peu.

Je ne sais pas ce qu’aura pensé un nouveau venu dans cette galère, mais le vieux fan a eu beaucoup de plaisir à retrouver ce répertoire, et le groupe assemblé par Fripp pour le jouer est quelque chose à voir, même si l’approche « nous ne parlons pas aux étrangers » manque un peu de dynamique. Bien sûr, il faut éviter de faire des comparaisons… Tony Levin n’a pas le mordant distortionné à la basse d’un John Wetton, et Jakko Jakszyk n’a pas sa voix, mais ces deux-là ont bien d’autres qualités. C’est un plaisir d’entendre le son de Mel Collins, qui est tellement celui de King Crimson (on a pu l’entendre sur In the Wake of Poseidon, Lizard, Islands, Earthbound et Red!) et les trois frontmen du groupe, ses trois batteurs, offrent une performance hallucinante (Gavin Harrison y va d’un solo captivant dans 21st Century).

J’ai eu le plaisir de dialoguer avec Tony Levin par courriel récemment pour un article paru dans le Voir du 5 novembre dernier. Je lui ai bien sûr écrit en anglais et voici l’intégrale de cet échange (Levin a l’air bien convaincu que le groupe jouera toujours l’année prochaine, mais j’ai bien l’impression qu’il jouera à Montréal pour la dernière fois ce soir…).

King Crimson, de gauche à droite: Tony Levin, Gavin Harrison, Mel Collins, Bill Rieflin, Robert Fripp, Pat Mastelotto et Jakko Jakszyk.

King Crimson, de gauche à droite: Tony Levin, Gavin Harrison, Mel Collins, Bill Rieflin, Robert Fripp, Pat Mastelotto et Jakko Jakszyk.

_______________________

RB: The life of King Crimson, since 1969, has been a very important part of music History. You had an important part in it yourself since 1981, and its funny to see that your own recording career began almost at the same time as the recording career of KC (with Jean-Pierre Ferland’s « Jaune », right?).

TL: Ah… I started recording quite some time before that. But the « Jaune » album was very special.

RB: Did you meet Robert Fripp during the recording of Peter Gabriel’s first album?

TL: Yes, I did. Pretty amazing that I met Peter and Robert on that first day, and I am still making music with both of them, so many years later. A very lucky day for me. Producer Bob Ezrin had used me on some other projects of his (Lou Reed and Alice Cooper albums,) and he thought I would be a good fit with Peter’s new music.

RB: Before you joined King Crimson in 1981, what did you think about the band?

TL: I had heard of the band, but I really wasn’t familiar with the music at all. In fact, in my first rehearsal/audition with the guys, they taught me Red.

RB: The 2015 band is quite something… From the setlists I saw, I understand that there is still a lot of place for improvisation, right?

TL: Yes, and in different ways. Sometimes there is room in a section of a piece to do it differently each night. But also some of our pieces have very loose structure, and are almost completely improvised. As always, I don’t know which pieces we’ll be playing when we come to Quebec (and there will be some differences in the two sets) so it’s hard to say ahead of time where the improvisation will come.

RB: You played with the double trio version of the « THRAK » era, but this 7 pieces band is something else… How is it to play with 3 drummers?

TL: It’s very interesting, that’s for sure. I expected it would be a challenge for me, but it’s turned out to be easier than I thought it would be – at least for the bass player! For the drummers, it’s involved a lot of work – they assemble the 3 of them quite often and rehearse the material without the rest of us, working out different approaches on the drums. And the result is obvious to everyone who comes to the show – it’s quite a musical adventure even just from the drums – different ways of dividing up parts and fills and finding creative ways to each be individuals, but never clutter up the feel by having two people play the same part. There’s a reason we have the drummers at the front of the stage – it’s a big part of what we’re doing.

RB: King Crimson has never been very inclined to play « old repertoire », but this farewell tour is a good occasion to do so.

TL: It’s not a farewell tour in any way. Yes, we are re-visiting quite a bit of the Crimson repertoire – much of it from before I was in the band. Roberts advice to us on that has been to approach the piece as if it’s new, just happened to be written some time ago(!) So we’re free to try new angles at the pieces. 

RB: How is it to revisit this material that, for the most part, you probably never played before (I’m thinking about « Pictures of a City », « Epitaph », « Easy Money », « Sailor’s Tale » or even « One More Red Nightmare ») ?

TL: It’s a challenge, a nice one, in a few ways. Firstly, the original bass parts are quite special, and sometimes technically a bit hard to play. So I want to be able to play the part right, and to keep what’s special about it – but I also want to give my own musicality to it. That’s the challenge, and for some pieces it’s worked out easily, but for some I’m still in the process of ‘fashioning’ my part, even after many concerts playing them.  I’m comfortable with that musical situation – having the piece a growing organism sort of – not something I perform the same each night.

RB: I noticed on your own website that there is also a STICK MEN tour almost at the same time as the KC tour – how do you manage that??

TL: Crimson booked it’s tour with about 5 weeks break in the middle of the Fall. So we in Stick Men booked 3 of those weeks. It’s true I love touring and playing good music, but this season is a bit much even for me — however with Crimson using the Fall for it’s live touring, we didn’t want Stick Men to get too out of practice, so it worked out well to go this time from one to the other.

RB: And I also see on you page that the KC tour will go to Japan in December.

TL: Yes, right after Vancouver.

RB: Are these the very last dates?

TL: No – I don’t know where that idea came — not from us in the band. Next year has not been booked yet but we plan to do plenty of shows.

RB: Will the story end there or is there some « unannounced special event » that might take place after that?

_________

Levin a laissé cette question sans réponse, manifestement agacé par mon insistance à parler d’une « tournée d’adieu », mais je n’ai malgré tout pas inventé ce détail, puisque Robert Fripp lui-même y faisait allusion dans ce clip lorsqu’il dit « My advice if you want to see King Crimson… Don’t wait for the next tour. »

_________

 

RB: And then, will we see you again with the Crimson ProjeKCt ?

TL: Crimson ProjeKCt was fun to play shows with, but as soon as King Crimson became active again, it seemed problematic to have both bands booking shows. So we finished the TCP shows that had already been booked, but then suspended that lineup for as long as Crimson is doing things.

RB: You’re doing pretty well as a photographer too – and I’m sure there are lots of pictures we’d like to see – do you have plans for this other output of your creativity (books, exhibitions, etc.) ?

TL: A timely question because I am planning to put together a photo exhibition in the coming year, re-visiting the many pictures I’ve taken of musicians in concert. 

Thanks for the interview. best, tony.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :