La symphonie rapaillée

8 Mai

L’Orchestre symphonique de Montréal se paie encore un beau succès dans sa série OSM Pop, à la suite de celui du mois dernier avec le superbe « Coup de chapeau aux Belles-Sœurs ». Encore un concert duquel tout le monde sort gagnant, ce qui était déjà vrai, depuis le début, du projet de mise en musique des textes de Gaston Miron par Gilles Bélanger. Personne ne se plaindra, à commencer par les chanteurs, d’avoir une telle substance à se mettre en bouche, et d’ailleurs chacun rend le texte qui lui a été confié, et la musique qui l’habille, avec un engagement total (à l’exception notable de Vincent Vallières, toujours aussi uniformément a-dynamique).

On pouvait nourrir certaines craintes à l’égard de ce qu’allait être le résultat de cette mutation orchestrale, parce qu’il faut quand même un certain talent pour faire autre chose que d’ajouter des violons quand on transpose des musiques « pop » à l’orchestre. L’arrangeur (et compositeur) Blair Thomson possède sans contredit un tel talent et le travail qu’il a fait pour l’orchestre de chambre qui a enregistré le disque « La symphonie rapaillée », paru le mois dernier chez Spectra Musique, est remarquable. Appuyés par une réalisation inventive cosignée par Louis-Jean Cormier et Martin Léon, les arrangements de Thomson tirent le maximum des 24 musiciens et font ressortir les mots de Miron avec force.

Devant: Louis-Jean Cormier, Martin Léon, Blair Thomson, Yann Perreau, Michel Rivard, Daniel Lavoie; debout: Yves Lambert, Jim Corcoran, GIlles Bélanger, Vincent Vallières, Pierre Flynn, Richard Séguin, Michel Faubert. Photo: François Nadeau, au lancement du disque, le 1er avril 2014.

Devant: Louis-Jean Cormier, Martin Léon, Blair Thomson, Yann Perreau, Michel Rivard, Daniel Lavoie; debout: Yves Lambert, Jim Corcoran, GIlles Bélanger, Vincent Vallières, Pierre Flynn, Richard Séguin, Michel Faubert. Photo: François Nadeau, au lancement du disque, le 1er avril 2014.

La transposition au grand orchestre aurait pu être faite paresseusement, mais force est de constater qu’on y a mis le temps nécessaire, et le résultat était plus que satisfaisant. L’équilibre des masses dans l’orchestre était excellent et la cohabitation avec les 12 différentes voix était presque toujours parfaite ; bien sûr, on a pu perdre quelques mots durant certains moments particulièrement forts, mais dans l’ensemble on peut dire que le plaisir de l’audition n’y perdait pas beaucoup, et que ça restait véritablement au niveau de la « soirée de poésie de luxe ».

Le chef Jean-François Rivest prenait visiblement plaisir à diriger ce programme, comme les musiciens à le jouer, jusqu’à André Moisan se payant un blow à la clarinette basse, debout parmi ses collègues dans Retour à nulle part, chanté avec vigueur par Yves Lambert (la « section trad » de la douzaine, que complète Michel Faubert, nous a d’ailleurs donné deux des moments forts de la soirée). Je m’en voudrais de ne pas souligner aussi les excellentes interprétations de Pierre Flynn, Michel Rivard, Martin Léon et Daniel Lavoie, tous profondément engagé par les mots à dire.

Les 12 hommes sont de retour à la Maison symphonique de Montréal ce soir, jeudi 8 mai 2014, et on leur souhaite encore une salle bien pleine, parce qu’ils la méritent. Et si vous ne pouvez y assister, le disque offre un excellent substitut. Le programme reprend d’ailleurs intégralement celui de l’enregistrement, avec exactement les mêmes interventions de Miron (et une petite surprise du chef). À la suite de la « symphonie », quelques-unes des pièces qui n’y avaient pas trouver leur place sont servis en complément. Bravo.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :